Comment je fonctionne

Le pardon

Le pardon ne change pas le passé, il élargit les horizons futurs.

Pardonner est un acte libérateur. La blessure qui l’a provoqué peut-être très profonde; l’essentiel dans l’acte du pardon, c’est de lui permettre de cicatriser, pour retrouver une énergie nouvelle et positive qui permette de laisser derrière le passé et de se tourner vers un avenir meilleur.

Pardonner est un acte de soi, pour soi

On dit souvent que les erreurs ou les actes malveillants des autres sont impardonnables. C’est vrai, il est des actes et des paroles que l’on ne peut concevoir pardonner.

Cela vient du fait que nous attribuons au pardon des vertus qui ne sont pas les siennes.

En effet, pardonner, cela ne signifie pas cautionner les actions de l’autre, ni même les tolérer. Cela ne signifie pas non plus oublier.

Lorsqu’on ne parvient pas à pardonner, on finit par entrer dans un cercle de frustration et de colère, qui peut se transformer en haine. Et tout le comme le pardon est libérateur, la haine nous enferme.

Les obstacles au pardon

Il est facile de dire « pardonne et tu iras mieux ». Seulement, cela est plus compliqué qu’il n’y paraît. En effet, pour pardonner, il faut dabord se libérer de certaines choses qui font obstacle.

L’envie de vengeance, bien que compréhensible, génère des frustrations, de la colère, de la haine. C’est notre ego qui provoque cela. La haine est un poison contre soi-même (consulter l’article sur la haine)

Garder sa douleur nous oblige à rester dans le ressenti désagréable. On s’inflige alors de souffrir plusieurs fois au lieu d’une seule. Si l’on persiste à garder sa douleur, on finit par ressentir de la colère, le stress s’accumule, on peut même en devenir violent.

Tenter d’oublier, ou nier ce qu’il s’est passé empêche également le travail intérieur. C’est un peu comme si on voulait soigner une grosse plaie en mettant seulement un pansement dessus, sans l’avoir nettoyée. Cela fonctionne quelques temps, mais plus le temps passe et plus c’est douloureux… Ça s’infecte à l’intérieur.

Nous ne sommes pas coupables de ce qui nous arrive, mais nous en sommes responsables.

On ne peut pas contrôler les actes des autres à notre égard, mais on peut choisir la réaction que l’on va avoir vis-à-vis de ces actes.

Pardonner, c’est se permettre à soi, de ne plus être dans le ressenti d’une situation passée, et dépasser sa propre souffrance. C’est un acte personnel. Il n’engage et ne concerne que nous-même. C’est décider d’aller mieux.

Evidemment, cela demande de mettre son ego de côté. Et en premier lieu, de se pardonner à soi-même. Se pardonner de quoi?

  • d’avoir des émotions désagréables
  • de ne pas être parfait
  • de souffrir

Nous sommes les seuls responsables de notre vie, personne ne va avancer pour nous, à notre place.

Il n’y a aucune honte à éprouver parfois de la difficulté devant des obstacles. A ne pas parvenir à pardonner. A ne pas se sentir capable de le faire. C’est un processus qui demande de la patience, du temps, du courage. Croyez-en vous, vous en êtes capable.

Je suis là pour vous accompagner. N’hésitez pas à me contacter.

Prenez soin de vous.

Sarah

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *